Comment devenir une aide maternelle ?

On ne choisit pas de travailler en tant qu’aide maternelle parce qu’on n’a pas d’autres alternatives. Il s’agit d’un métier à part entière qui exige certains talents et des compétences spécifiques. Pour accéder à cette profession, l’intéressé doit suivre une formation adaptée afin d’obtenir son CAP accompagnant Éducative Petite Enfance. Il faudra également régler quelques formalités administratives pour recevoir son agrément.

    1. Profil d’un bon accompagnant éducatif Petit enfance

Tout d’abord, on notera que les femmes représentent la grande majorité des accompagnants bien que les hommes commencent également à s’intéresser à cette profession. Depuis les dernières reformes, aucun diplôme de l’enseignement supérieur n’est requis pour devenir professionnel de la garde des jeunes enfants. Il faut simplement avoir déjà expérimenté la vie de famille et posséder un logement. Les mères de famille disposent donc naturellement du profil idéal. Les débouchés sont nombreux. Le principal concerné peut exercer son métier au sein d’une crèche ou d’une école. De même, il peut garder des bambins au domicile de leurs parents.

Bien entendu, l’assistant doit être dans de bonnes conditions physiques pour pouvoir surveiller, porter et jouer avec les tout-petits. Pour se lancer dans cette profession, suivre une formation cap petite enfance distance est vivement conseillé. Cela permettra à la personne de s’occuper convenablement des bouts de chou et de débuter leurs carrières dans les meilleures conditions. Détenir ce diplôme sera nécessaire pour gagner en crédibilité et accéder à un poste qui correspond à ses aptitudes. Au cours de la formation, l’intéressé apprendra à accompagner les enfants de 0 à 6 ans, à s’organiser, à faire preuve d’imagination, et surtout à gérer les caprices du bambin.

    1. Les conditions d’obtention de l’agrément

Toutes les personnes disposant du CAP requis sont en mesure d’obtenir l’agrément. Il faudra simplement remplir un formulaire et ensuite l’envoyer à l’autorité compétente. Certaines pièces devront également être fournies pour compléter le dossier. On citera notamment un justificatif de résidence et un exemplaire du casier judiciaire. Une fois les documents remis aux responsables, une puéricultrice visitera le domicile du requérant. Cette visite permet à l’administration de s’assurer que l’habitation du demandeur peut accueillir un enfant. Il est en effet fréquent que l’accompagnant doive garder un enfant chez lui avant que les parents du petit viennent le récupérer. L’issue de la procédure dépendra du rapport remis par ce visiteur mandaté par l’État. Si la personne reçoit son agrément, elle suivra obligatoirement une formation de 60 heures. Si le futur accompagnant possède un CAP petite enfance ou un DEAP (diplôme d’État d’auxiliaire de puériculture), il en sera dispensé. Il est possible d’effectuer un recours en cas de refus soit auprès du Conseil ou soit au niveau du tribunal administratif. Dans tous les cas, il vaut mieux suivre préalablement une formation pour prouver sa détermination aux autorités compétentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *